Généralités sur l'Ordre

Bref Histoirique :

L’Ordre de Saint-Aubert a été créé par l’évêque Aubert d’Avranches en 708 après JC sous couvert d’un oratoire dédié à Saint-Michel puis d’un monastère.

Il est dit que cet Insufflé aux runes d’Air a reçu par trois fois la visite de l’archange Saint-Michel lui ordonnant de bâtir un lieu où réunir les Elus de Dieu afin de les former à leurs runes et d’organiser la lutte contre les diabolus.

De son doigt, l’archange marqua le front d’Aubert d’une rune inédite apte à amplifier la puissance du propre Caliste de l’évêque. Ce dernier point reste incertain car, jusqu’à nos jours, l’existence d’une telle rune n’a jamais été identifiée où même soupçonnée par les prêtres-mãges aubertiens.

L’ordre se subdivise en 3 congrégations et deux branches.

Les Congrégations :

A l’origine seule existait la Congrégation de Saint-Michel qui reste encore aujourd’hui la plus conséquente.

La Congrégation de Saint-Georges est apparu rapidement ; elle est plus orientée vers le combat physique et armé.

Enfin et après de nombreux débats, une congrégation féminine a été crée, prenant le nom de Congrégation de Sainte-Marthe.

Factions Géograhiques :

Il existe deux branches de l’ordre de Saint-Aubert qui se répartissent géographiquement.

La plus ancienne est l’européenne qui étend depuis peu son dominion aux pays de l’Est et à la zone africaine. Il est sous les ordres du Trium constitué du plus haut représentant religieux de chaque Congrégation européenne (Les 2 Pères-supérieurs et la Mère-supérieur de Sainte-Marthe). Le dirigeant absolu de l’Ordre est l’un des membres du Trium. En cas de litige au sein du Trium c’est sa décision qui l’emportera. Jusqu’à ce jour aucune femme n’a accédé au titre ; seuls des Hauts-pères ont été nommés.

En 2042, c’est le prêtre-mãge Esteban de Saint-Michel qui est à ce poste.

La branche ou faction américaine est beaucoup plus jeune et s’est très vite étendu jusqu’en Amérique du Sud. A l’instar des Aubertiens européens, elle est sous la gouvernance du Conseil Patriarcal constitué des trois plus hauts membres de chaque congrégation américaine (Les 2 Révérends-pères et la Révérende-mère).

C’est le Révérend-père Amilton de la Congrégation de Saint-Georges qui est au somment de la faction américaine en 2042.

Il est à noter que la branche américaine est sous la tutelle de la faction européenne ; en conséquence de quoi, le Conseil Patriarcal est subordonné au Trium. Cette situation est d’ailleurs de plus en plus mal supportée par les américains.

L’Inquisition :

A ces divisions, il faut ajouter l’Inquisition basé en Europe. Elle est une filiale encore plus secrète que l’Ordre dont les buts réels ont été peu à peu oubliés des dirigeants de la chrétienté. Peu nombreuse et plus radicale, l’Inquisition est indépendante des autres organismes et se présente comme une garante des valeurs de l’Ordre et un rempart contre toute dérive externe ou interne.

Religions au sein de l’Ordre :

L’Ordre a un fondement chrétien et plus particulièrement catholique. Avec l’évolution, elle s’est ouverte au protestantisme et à l’évangélisme plus particulièrement actif en Amérique, mais aussi à l’anglicanisme. L’orthodoxie y est peu développée faute de lignées identifiées (voir prologue du tome 2).

Il semblerait que, si les organisations musulmanes ont pu avoir par le passé quelques insufflés en leur sein, elles n’aient pas développé la lutte contre les diabolus. Ayant besoin de bras armé, l’Ordre s’est très récemment ouvert à ces croyants du même Dieu, mais d’une autre religion, non sans l’espoir de quelques conversions. Même s’ils restent anecdotiques, ces recrutements de musulmans restent très mal vus par un large contingent d’Aubertiens de quelques branches qu’ils fussent.

Il est certain que la tradition juive dispose d’une petite organisation similaire à l’Ordre. Leur difficile histoire explique que leurs troupes soient très réduites puisque de nombreuses lignées ont été brisées. Pour les Aubertiens, cette existence reste une hypothèse non vérifiée.

Enfin, il est à noter que les aubertiens n’ont aucune emprise dans les pays asiatiques.

Aubertiens « majeurs » et « mineurs » :

Chaque Congrégation ordinale peut se subdiviser en deux groupes informels : une congrégation majeure et une parfois appelé mineure.

Les congrégations majeurs regroupent l’ensemble des Aubertiens entrés en religieux, qu’ils soient prêtres, révérends, évangélistes ou moines. Leurs tenues dépend de leur statut, leur faction et leur congrégation (et la situation). Les pratiquants de la Mãgie divine sont tous surnommés des prêtres-mãges quelque soient leur titre.

Les membres mineures des Congrégations rassemblent tous les croyants non entrés en religion. Ceux qui sont aptes à combiner des sorts sont simplement dénommés mãges.

On retrouve dans les deux statuts aussi bien des Ecuyers que des Mãges combattants ou spécialisés tels les Sentinelles, les Guérisseurs ou les Effaceurs.

Si dans la législation interne de l’Ordre de Saint-Aubert, aucun membre mineur n’est exclu des postes d’importances, dans les faits ils sont tous occupés par des membres religieux de l’Ordre. Ironside de la faction américaine est une des rares exceptions à cette règle.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site